Forum Agalion Agalion a besoin de vous ! - Halloween

Atomyk71

Atomyk71
  • Grade : Comte
  • Messages : 32
  • Réputation : 64/200
  • Inscrit le : 17-02-2016



Agalionniens, Agalionniennes, et autres habitants des Royaumes voisins,
Aujourd'hui, plus que jamais, nous avons besoin de vous !

Cela fait déjà quelques jours que de nombreux méfaits surgissent dans le Royaume ; vols de table basse, dégradation de plusieurs exemplaire de "Faire voler une îles pour les Nuls", et bien d'autres ! Les habitants commencent à se plaindre et la Princesse requiert votre aide ! Rassurez-vous, elle ne vous demande pas de ramener ces pauvres tables basses à leurs propriétaires mais plutôt d'enquêter sur une affaire bien plus sombre... Comme vous le savez, notre Reine bien aimée, Unay, est actuellement en train de se la couler douce de mener une paisible retraite dans sa demeure situé dans un des jardins de la Bibliothèque, cependant, le même malfaiteur qui s'empare des tables basses à décidé, non pas de lui voler sa table basse, de dérober un ancien grimoire de magie noir très dangereux ! S'il vous plaît, aidez nous à retrouver le malotru qui a commis ce crime !

 
Bonjour, Bonsoir,
Vous l'avez compris, ce topic marque le début de l'event d'Halloween d'Agalion !
Comme l'indique le synopsis ci-dessus, vous devrez retrouver le voleur et le livre qu'il a dérobé.
Néanmoins, nous avons décidé de faire un classement particulier pour cet event :
Les gagnants seront divisés en 2 classements,
un, basique, fait en fonction du temps que vous avez mis pour réaliser l'enquête.
Et un 2ème fait à partir d'une nouvelle règle :
Après avoir trouvé le malfaiteur, vous devrez écrire une histoire où vous décrirez l'enquête, ainsi que les raisons qui l'ont poussé à voler le livre.
Attention : Il n'y a PAS de bonne réponse !
Nous avons en effet établit les bases, mais c'est à vous de réaliser le plus gros de l'histoire ! Nous jugerons vos écrits par la suite.
Ce deuxième classement permet d'obtenir des récompenses importantes même si vous n'êtes pas dans les 3 premiers dans le temps !


Les récompenses
Classement du temps :

1er - 15 000z
2ème - 10 000z
3ème - 5 000z

Classement de l'histoire : 
1er- 15 000z
2ème - 10 000z
3ème - 5 000z

Dernière précision, si vous avez fini très vite l'enquête, ne perdez pas de temps à rédiger l'histoire avant de l'envoyer !
Envoyez nous directement un screen de vous avec le malfaiteur par MP forum.
Après avoir fait cela, prenez votre temps pour rédiger, vous avez une plus d'une semaine pour envoyer votre version de l'enquête.
Si certains points ne vous paraissent pas clairs, nous vous invitons à nous contacter par MP forum, MP Ig ou même par un petit message Discord, nous sommes souvent connectés.
Vous avez jusqu'à  Dimanche 4  Novembre, 22h, pour nous envoyer votre histoire et votre screen auprès du voleur par MP forum à Jolurian ou moi-même !

Bonne chance à tous et joyeux Halloween !






Le CM d'Agalion


Atomyk71

Atomyk71
  • Grade : Comte
  • Messages : 32
  • Réputation : 64/200
  • Inscrit le : 17-02-2016
Salutations, braves habitants de Craftasia,

Le voleur du grimoire a été retrouvé grâce aux quelques aventuriers qui ont mené l'enquête !
Voici donc sans plus attendre, les résultats des 2 classements !

Classement du temps :
En troisième place, HugoPower_ ! Il remporte 5 000z !
La seconde place est détenue par sergentboudin ! Il gagne 10 000z !
Et la première place est remporté par jerda_x !  Il rafle 15 000z ! 

Passons au classement du texte, les membres du CM ont voté par le biais d'un classement personnel, puis mis en commun :


Voici le texte d'HugoPower_ :


--------
A peine rentré chez moi après mon voyage a Tolëywa que j'entends parler de la malheureuse nouvelle...
Le fameux livre de magie noire (La magie sous toutes ses formes) conservé jusqu'à maintenant par notre très chère reine, Jolurian, a été volé !Moi, grand explorateur, décide d'élucider le mistère du livre volé. Pour avoir de bonne base, je décide de me rendre dans la modeste deumeure de notre reine.Elle me donna beaucoup d'informations inutiles a propos du livre je me suis retiré pour éviter de lui prendre trop de son temps... la seule information que j'avais retenue, c'était celle à propos du feu de la magie qui est normalement éteintdepuis le temps  mais personne ne saurait dire où il se trouve actuellement. Ca ma paru totalement logique que l'île sur lequel se trouve le feu de camp est en fait l'île du feu sacré ! En m'y rendent, je vois une boule de papier au bas d'un arbre, comme si quelqu'un voulait s'en débarrasser. Je la déplie le plus soigneuseent possible mais sans aucun réel succès... Ca ressemblait principalement a une carte de Agalion mais toutes les indications était totalements illisibles sauf un mot : MERCI. En réflechisant, ça pouvait désigner un nobre de chose inimaginable mais j'avais la chance de savoir que c'était une carte et avec tout c'est indices, j'ai essayé de trouver le nom d'une île : l'île de merci. Ca n'avait aucun sens et en repassant touts le détails accumulés jusqu'à présent, je vais là où me mène cet indice. Arrivé à l'île des remerciements, je cherchait des traces de pas, des bout de tissus arrachés par la verdure ou même d'autres choses me permetant de trouver le coupable, mais en vain, rien appart un petit prospectus pour une roulotte. La seule et unique roulotte dans tout Agalion se trouve juste à coté des 4 chemins ! En montrant ce petit bout de papier a la dame qui y habitait, aucunes réactions. Je lui demande si qulqu'un de louche était passé par ici. "Oui, un jeune homme est passé par ici il n'y a encore que quelques heures et il m'a demandé par quel chemin il pouvait se rendre à la bliothèque. Je lui ai indiqué comment se rendre a la grande bibliothèue d'Agalion mais il n'avait pas l'air d'être satisfait de mes services alors je lui ai dit comment se rendre a la biliothèque a plus proche, c'est à dire celle de Donlua. Arrivé a la bibliothèque, je demande au bilbiothécaire si, lui aussi, avait vu un jeune homme mystérieux. Il me réponda par une phrase simple : Il a pris une plume et de l'encre mais il voulait écrire la langue des anciens, alors je l'ai dirigé vers la tour des mages vu qu'ils sont les dernierrs a connaitre ce langage. Mon enquète commencait a aboutir a sa fin mais ce n'était as encore fini : l'un des mages de la tour me dit qu'il était bel et bien passé par ici mais qu'il ne m'avait demandé d'écrire qu'un seule phrase : La magie est un art sacré, pour le conserver, tout les astres devront la protéger. après ca, il lui demandat si'il n'avait pas une bougie pouvant odorer sa cachete autrement que par l'odeur des carottes fraiches... Ma piste était sûre ! La cachette de ce garçon était un petit cabanon en plein centre des champs de carottes du villae de Belomi. Malheureusement, aucune traces de lui ou même du livre sacré, on pouvait supposer qu'il aimait lire des livres parlant des astres et de la magie et apparement, il voulait essayer de se rendre dans un endroit ou il pouvait contacter la lune. La manière la plus simple de contacter la lune , pour moi, était de lever la tête vers la lune mais il voulait avoir une vraie disscusion avec elle. Je me suis rendu sur l'île de la poussière de lune, et bizarrement, il y avait un tout petit peu plus de poussière que la dernière fois que j'était venu. Sur le dessus de l'arche de cette île, il y avait beaucoup de coulées de sangs et en y trempent mon doigt, je pouvait en décarer qu'il était encore frais car il était encore légèrement chaud. La lune me murmurait quelques mots : cascade, grotte, lac puis plus aucun bruit ne venait déranger ce silence nocturne. Une histoire assez connue parle d'une grotte cachée sous l'île d'Hewa, sans aucune attente je m'y rends et en traversant la chute d'eau... C'était lui, le voleur ! C'était un jeune homme avec un apparence de sage et il me donna de livre sans aucune réaction voulant éviter l’événement. Comme si le livre n'avait plus grande impression à ses yeux. En ramenant le livre a la reine, je lui expliqua l'histoire et je lui raconta mes déductions... 
Le livre sacré que gardait notre reine était le livre qu'utilisait notre ancienne reine, Jolurian , et il lui permetait de faire voler les îles. Ce livre contient les formules pour faire voler un morceau de terre et differente etait la formule en fonction de la taille de l'ile a faire voler
Ce voleur, en realite, que l'apprentit de l'ancien mage actuellement decede sans qui, les iles flottantes d'agalion n'aurait jamais su exister. Cet apprenti essayait de reprendre contact avec la reine car Jolurian ne l'avait prevenue comment faire. Tout ca pour dire que si la reine a le projet de creer une ile, elle devra utiliser un peu de poussiere de lune, du pouvoir de l'apprenti mage et des formules du livre.

--------


Il finit 3ème et gagne 5 000z ! Bravo à lui !

Voici maintenant le résumé de l'enquête de sergentboudin :


--------









--------


Il va à la 2ème place et remporte 10 000z ! Félicitation !

Et finissons par le texte de jerda_x :


--------
C’était une après-midi paisible. Le ciel complètement dénudéde nuages et la légère brise venant du Sud rendait la température,
habituellement plus fraîche à ce moment de l’année, très agréable. Il n’en
fallut pas plus pour que tous les habitants d’Agalion, profitant du temps
estival, sortent se prélasser dans les jardins ou aillent se baigner dans les
étangs des îles.

 Pourtant, après une matinée presque parfaite, une nouvelle fracassante parvint aux oreilles du
peuple d’Agalion. Un grimoire de magie noire, détenu par la reine Unay, avait
été dérobé quelques heures auparavant. J’étais, en tant que mercenaire réputé
et bien informé, déjà au courant qu’une série de vols de tables basses avait
sévi dans le royaume, mais cela avait désormais pris une toute autre ampleur.
La disparition du grimoire, connu pour ses sorts maléfiques et dangereux,
représentait un réel danger pour la monarchie Agalonienne. J’avais donc décidé
de mener l’enquête afin de retrouver ce mystérieux voleur. La nouvelle reine,
Jolurian, et l’un de ses fidèles conseillers, Atomyk, tous les deux au courant
de mon envie de résoudre ce problème, me demandèrent de leur faire part de mon
avancée et de mes découvertes. Voici donc le récit de mon aventure.
 
La première étape de l’enquête était facile. Je me suis rendu dans la demeure d’Unay située dans le domaine de la bibliothèque afin de
trouver quelques indices. Après avoir discuté avec les jardiniers et Unay, je
trouva des traces de pas et, surtout, des traînées de cendres qui n’auraient
jamais du être là. J’ai alors demandé une carte de la ville et, quelques
minutes plus tard, je me suis dirigé vers l’île du feu de camp. Cet endroit
n’était plus très fréquenté depuis qu’une bactérie avait attaqué les arbres et
les plantes, rendant l’île assez triste, et, au vu des cendres retrouvées,
j’étais certain de trouver d’autres indices là-bas. Il devait être au alentours
de 16h, quand je suis arrivé près de l’île du feu de camp. Les flammes avaient
déjà disparues, mais quelques cendres s’échappaient encore des braises à cause
du vent. J’ai rapidement trouvé des traces du malfaiteur. Une petite note
cachée près d’un arbre, écrite par le coupable, m’indiquait la piste à suivre
afin de le retrouver. J’ai trouvé ça bizarre. Pourquoi un voleur prendrait le
risque de voler un objet d’une telle valeur tout en permettant à quelqu’un de
le retrouver ? J’ai d’abord pensé à un piège, mais après une courte
réflexion, j’ai décidé de quand même suivre la piste. Après tout, si cela
n’aboutissait pas j’aurais juste perdu de temps, mais j’avais l’intuition que
ce vol n’avait rien de banal et je voulais à tout prix résoudre ce crime
étonnant. 
J’ai donc pris petite note et je me suis assis sur la souche de l’arbre afin de lire calmement le nouvel indice. Ce dernier me menait vers
l’île des remerciements de manière assez explicite. Je commençais quand même à
me méfier. Jusque-là, je trouvais l’enquête facile, trop facile. Avant de
suivre cette piste, j’ai donc décidé de passer par ma demeure pour prendre mon
armure et mon épée, que j’avais laissé chez moi, ne pensant pas en avoir
besoin. Après ce détour, je suis arrivé sans encombre sur l’île des
remerciements. La fin de journée approchait, mais je voulais à tout prix
avancer. J’ai donc fouillé l’île afin de trouver un indice. Après une bonne
heure de recherche, je m’apprêtais à abandonner et à retourner sur l’île du feu
de camp pour chercher une autre piste, mais en m’asseyant auprès du  grand arbre de l’île, j’ai aperçu un objet étrange. Je me suis dépêché pour prendre l’objet, lire la note et repartir, vu
que le soleil commençait à disparaître à l’horizon. Le mot m’indiquait que je
devais retrouver une roulotte. J’ai tout d’abord pensé aux shops d’Agalion,
mais je trouvais l’indice trop peu concret par rapport aux premiers. Mes
pensées se sont ensuite dirigées vers le bas de la ville. Après avoir équipé
mes élytres, je me suis donc jeté du haut des îles du haut pour finir ma course
sur le chemin menant vers Belomi et Donlua, ou se trouvait la roulotte à
laquelle je pensais. La gérante m’a informé qu’elle avait effectivement vu un
jeune homme courir avec un gros livre vers la bibliothèque de Donlua. C’est
ainsi que j’ai appris que le voleur ne donnait pas d’indice vu qu’il fuyait,
d’après le récit de la dame en tout cas. J’étais encore plus confus qu’au début
de la quête. Comment des indices me sont parvenus par écrit si ce n’est pas le
voleur qui les a écrit ? Etant trop fatigué pour réfléchir à ce moment,
j’ai décidé de passer la nuit là et de repartir à la recherche du grimoire le
lendemain. 

Je suis reparti assez tôt le lendemain, ne prenant même pas le temps de déjeuner. Après être arrivé à la Bibliothèque de Donlua, les
indices m’ont mené vers la tour des mages. Pourquoi le voleur devait-il
retourner vers le haut de la ville qu’il était en train de fuir ?
L’histoire devenait de plus en plus bizarre. C’est finalement dans la salle de
rédaction de la tour des mages, que j’ai poursuivi mes recherches. J’y ai
trouvé à la fois l’indice suivant, mais également un bout d’une page du
grimoire. Cette dernière mettait en garde les lecteurs qu’uniquement ceux avec
le cœur pur pourrait faire fonctionner les formules inscrites dans cet œuvre.
Je doutais que le voleur ait le cœur pur, et je commençais à penser que le
voleur serait fort déçu en essayant de faire, quoique ce soit, ce qu’il
comptait faire. Après cette courte interruption, je me suis remis en route.
Elle me menait cette fois-ci vers Belomi, plus précisément dans un refuge près
des champs. En rentrant dans le bâtiment, j’ai été fort surpris de ne voir
qu’une pièce pratiquement vide. La seule chose qu’il y avait, c’était un autre
mot qui me dirigeait à nouveau vers les îles volantes d’Agalion. C’était l’île
des poussières de lune que je devais visiter cette fois-ci. Il était au
alentours de midi quand je suis arrivé à destination. J’avais toujours trouvé
cette île superbe, mais je n’ai pas perdu mon temps à l’admirer à ce moment.
J’étais trop impatient de résoudre l’enquête et d’obtenir des réponses. Parce
que, même si l’enquête s’était jusqu’à maintenant révélé plus facile que je ne
pensais avant de la commencer, il y avait encore beaucoup de questions en
attente. Je savais que j’approchais de la fin en voyant le message, mais j’ai
très vite compris que je n’étais pas au bout de ma peine en le lisant. Il
m’informait que je devais trouver une grotte, près d’une cascade, auprès des
lacs du Bas de la ville. L’information a l’air plutôt claire quand on ne
connait pas bien Agalion, mais des endroits comme celui défini, il y en avait
plusieurs, dispersés sur toute la gigantesque surface du Bas de la ville.
Heureusement que j’avais ‘emprunté’ un peu de nourriture à la gérante de la
roulotte et que l’eau des lacs était potable, parce que, sans cela, je n’aurais
sans doute jamais eu l’énergie pour parcourir tous ces lacs. C’est après deux
bonnes heures de recherches, qu’une grotte a attiré mon attention. Et en
m’approchant, ce sont des sanglots que j’entendais. D’un pas décidé, je suis
rentré dans la grotte afin de vérifier si j’étais au bon endroit et, ayant à
peine passe le seuil de la grotte, j’ai vu le jeune homme, des larmes pleins
les yeux, avec le grimoire à ses côtés. 

Je n’ai même pas eu besoin de sortir mon arme. Il a juste levé la tête et a demandé si j’étais là pour le grimoire. Après quelques
minutes d’explications et de réconfort, je lui ai demandé pourquoi il avait
volé le grimoire, et comment la piste avait été créée. Il m’a alors raconté
qu’un mage venant d’un pays lointain lui avait demandé de voler le grimoire en
lui promettant en retour qu’il lui rendrait sa mère, partie rejoindre son mari
dans l’au-delà quelques semaines plus tôt. Il s’était exécuté, mais en
apportant le grimoire, le mage lui avait alors demandé d’aller chercher les
ingrédients nécessaires pour le sort. Il était donc parti, gardant le livre
sacré en caution, des carottes, de la poussière de lune et d’autres livres et
formules à divers endroits. Il m’a également dit que c’était lui qui avait laissé
des notes sur son chemin pour qu’on puisse remonter à lui si jamais cela
tournait mal. Je lui ai alors demandé pourquoi il pleurait et ce qu’il était
arrivé au mage vu que le jeune homme était encore là avec le grimoire sans
aucune trace de quelqu’un d’autre. Ce qu’il m’a raconté était stupéfiant. Il disait
que le mage avait pris le grimoire et les ingrédients quand le voleur était
revenu, mais qu’au toucher du livre, il s’était mis à se désintégrer. En
quelques secondes à peine, le mage était parti en fumée, tué sur le coup par la
puissance de l’ouvrage, qui avait senti le cœur impur du mage. 

J’ai alors compris qu’il pleurait parce qu’il avait compris que sa mère ne reviendrait pas. Je l’ai donc escorté, avec le grimoire,
jusqu’au palais afin de remettre mon compte-rendu de l’enquête et le livre magique
à la reine Jolurian, qui n’a pas voulu répondre à toutes les question par
rapport à la provenance de l’ouvrage et à sa puissance, mais cela ne m’étonnais
pas. Il n’était jamais bon de trop savoir à propos d’un objet si dangereux.
--------

La 1ère place est pour lui ! Un grand bravo !

Et en bonus, Unay a pu revenir en personne pour chercher son grimoire, voici son enquête :

--------
Moi, Unay, Reine d'Agalion, ait mis fin temporairement à ma paisible retraite pour apporter aide et réconfort à Agalion en ces temps de trouble. Comment pourrais-je accepter qu'un malotru fasse preuve de tels agissements, allant jusqu'à voler un livre dans ma propre demeure ?
Sous un premier élan de panique, j'ai d'abord appelé à l'aide. Mais, très vite, une certitude s'est imposée à moi : quelle Reine serais-je, si j'imposais à mes concitoyens de rechercher des biens que seule j'aurais dû pouvoir défendre ? Comment leur garantir l'avenir du Royaume sans être capable de me défendre d'abord au sein de ma propre maison ? Et cela au prix de livres, d'exemplaires précieux, gardiens de pensées et de sentiments anciens, dérobés à leur demeure et à leurs amis fidèles, à leurs lecteurs ! Je devais mener cette enquête, seule, pour ramener la lumière dans des ténèbres qui ne faisaient que s'épaissir. Alors, moi, résolue, je me dressai contre l'adversité et criai dans la nuit : "Toi, voleur masqué, je te trouverai, et, à l'éclat de la justice, te ramènerai, dussé-je en mourir !" 

Je me penchai alors vers la fenêtre embrumée, et, à travers le carreau translucide, j'aperçus au loin l'éclat d'une vive lumière. Ce devait être les flammes de l'Île du Feu de camp Perpétuel. Alors que mon cœur battait la chamade devant le devoir qui m'attendait, je me rendis compte soudain, que, en filigrane sur la lumière incandescente, se dessinait une silhouette mouvante. D'un bond, d'un seul, je me précipitai vers les escaliers en enfilant une cape à la couleur orangée, et, ouvrant la porte d'un geste brusque, je me jetai à l'aventure. Ce qui m'attendait, je ne le savais pas. Ce que j'allais découvrir, je l'ignorais. Mais, poussée par une détermination à toute épreuve, forte de mes lectures, de mon sentiment d'injustice, de mes souvenirs heureux, forte enfin, de la certitude du devoir accompli, j'avançai.

Un pied dans la cendre, les yeux perdus dans les étoiles tremblantes, je regrettai déjà d'avoir trop hésité avant de me lancer à la poursuite du voleur. La silhouette n'était plus qu'un souvenir de silhouette, ici, sur l'Île du feu de camp Perpétuel. Il n'y avait plus personne. Ne cédant pas au découragement, j'attendais patiemment le jour pour chercher un nouvel indice, afin de me conduire avec plus de prudence et de mesure : connaissant les îles, je savais bien qu'il était dangereux de s'y promener sans rien y voir. Ici, un simple faux pas peut mener directement à la mort. Au petit matin, je me levai donc de la bûche sur laquelle je m'étais assise et cherchai un indice, une piste, un témoin, n'importe qui ou n'importe quoi, pouvant m'aider à retrouver le malfaiteur. Et, près d'un arbre, je tombai alors sur un fragment de carte, de ces vieilles cartes géographiques, sûrement déchirée de la page d'un livre. Révoltée par ce nouveau crime, je m'approchai et distinguai un cercle qu'on avait tracé autour du mot "Merci", griffonné dans un coin. Connaissant Agalion mieux que mes propres poches, je courrai sans répit vers l'Île des Remerciements.

Sous le saule pleureur dont les branches s'agitaient faiblement dans la brise de l'aube, je trouvai, à demi-enfoncé dans la terre, un  prospectus pour l'achat d'une roulotte. Quelqu'un cherchait à en acheter une, on dirait. Cette annonce était pleine de fautes d'orthographes, et me laissa dubitative. Je pensai alors à la famille d'itinérants qui parcouraient le Bas d'Agalion. Sans retard, je me dirigeai vers une vouivre et lui demanda poliment de m'emmener. Son escarboucle s'illuminait sous les rayons incandescents de l'aube et je montai alors doucement sur son dos écailleux. Elle s'envola dans un ciel de peintre et descendit en courbes gracieuses jusqu'à la clairière des Quatre Chemins. Je descendis sans oublier de remercier la sublime créature qui m'avait aidée et me dirigeai d'un pas décidé vers l'endroit où j'avais rencontré pour la dernière fois la famille de nomades.

Là, j'aperçus un homme que je n'avais jamais vu auparavant. Il m'interpella de fort rude manière avant de m'informer qu'il avait vu le voleur que je lui avait décrit, ajoutant que celui-ci n'avait "pas la tête de celui qui va à la bibliothèque" et me dit qu'il se rendrait sûrement dans une bibliothèque plus humble que la Bibliothèque, afin de ne pas "faire tâche". Je grommelai en entendant ces mots méprisants, regrettant la gentillesse des habitants habituels de la roulotte, et me mit en route en grande hâte afin de ne pas rester plus longtemps avec un homme si peu respectueux. J'atteignis bien vite le vénérable village de Donlua et sa grande rue, la remontant jusqu'à entrer dans la bibliothèque. La bibliothécaire semblait soucieuse. Aussi, je lui demandais si elle n'avait pas été perturbée par une visite impromptue. 
- Un homme masqué est passé ce matin, il a emprunté une plume et de l'encre magique, mais, vu son écriture sur le formulaire, ces emprunts sont un bien grand gâchis... Il doit sûrement être en train d'écrire à la Tour des Mages à l'heure qu'il est.
Je la remerciai chaleureusement avant de faire le chemin en sens inverse. Le soleil était à présent bien haut dans le ciel, même si la douceur automnale me faisait frissonner à travers ma lourde cape.

Dans la salle de rédaction de la Volière, à mi-hauteur de la seconde Tour des Mages, le silence régnait, mais un homme se tenait là, pensif. Je lui posai les même questions et celui-ci me répondit :
- Oh oui, je l'ai bien vu. Alors que j'écrivais tranquillement, il est arrivé, une vraie brute, qui grommelait entre ses dents des mots pas très jolis. Je l'ai entendu parler d'un abri sentant la carotte, à Belomi... J'espère avoir pu vous aider, bon courage dans votre recherche !
Je le remerciai et me dirigeai aussitôt vers Belomi, où j'espérais trouver des indices un peu plus fructueux que ces témoignages qui ne m'informaient guère...

Je trouvai facilement l'endroit désigné, quand je vis la porte de l'abri de jardin du village à moitié enfoncée, et des livres en dégorgeant par dizaine. J'entrai en évitant précautionneusement d'abîmer les livres plus qu'ils ne l'étaient déjà, et lut quelques titres au passage, sentant les larmes me venir aux yeux devant un spectacle d'une telle barbarie : Poussière de Lune et poussière d'étoiles, Un poème de Lune, La Lune poussiéreuse, La lune vole en éclat, La Lune à balayer, Conte de la Lune de Poussière... Le grimoire perdu n'était pas ici, ni les autres fruits de larcins. Mais ces titres avaient allumés dans ma tête une lumière nouvelle. Je savais à présent où chercher.

Posant un pas sur l'Île de la Poussière de Lune, l'Île de toutes les fins et de tous les commencements, l'Île des poètes découragés et des amoureux perdus, l'Île illusion enfin, je ressentis le besoin de m'élever loin de toute cette émotion qui commençait à me serrer le cœur, à vouloir le broyer et le faire éclater en petits éclats de poussière. Pour m'échapper, rien de mieux alors que de me rapprocher du soleil, et de l'air le plus pur, des nuages. Je grimpai donc sur l'arche de pierre qui se dressait sur l'Île et, au sommet, je découvris avec horreur des traces de sang encore chaudes. De surprise, je tombai à la renverse et plongeai tête la première dans le lac sous l'arche. Prise d'épouvante, je regardai autour de moi, trempée, perdue. Mais, poussée par la rage de la vérité et par le souvenir des crimes commis, je recommençai mon ascension, préparée cette fois à l'horreur de la scène. Je me forçai à respirer, quand, peu à peu, j'entendis une voix susurrer à mon oreille : "cascade...grotte...lac". C'était le vent. Le vent qui s'adressait aux voyageurs perdus, aux poètes illuminés ou à ceux qui veulent encore bien l'entendre. Je souris, et, me détournant des souillures ignobles, courrait vers le lac d'Hewa, plus décidée que jamais.

 Je pénétrai dans la grotte secrète cachée derrière la cascade du lac avec une certaine appréhension, pataugeai dans l'eau qui m'arrivait à mi-corps, et mis enfin le pied sur la terre ferme au fond de la caverne, où je découvris enfin un homme au visage masqué, aux mains tremblantes, et qui exhala en me voyant un long soupir de désespoir.
- Je sais c'que vous allez penser de quesque je suis, Ma Dame, mais j'suis pas la brute que les gens qui sont dehors qu'ils disent. Quesque je voulais moi, c'était juste apprendre, vous voyez ? J'ai jamais le droit aux livres, moi, et c'est injuste, parce que je sais que comme ça ça veut dire que je vaux pas plus qu'un rien, alors, alors pour une fois je voulais juste être un plus que rien. Parce que rien c'est pas grand-chose, et moi j'voulais avoir le droit d'être autre chose que ça. 
- Les autres, dehors, vous ont décrit comme une brute, lui dis-je. Comme quelqu'un qui ne pouvait pas aller à la bibliothèque. En vous cherchant, j'ai vu une page arrachée d'un livre, ce qui est un délit ; j'ai vu un prospectus plein de fautes d'orthographe, ce qui est grave ; j'ai vu des livres jetés sur le sol et empilés sans soin, aux pages abîmées, maculés de terre et aux cotes arrachées, ce qui est inacceptable ; j'ai vu du sang sur l'Île de la Poussière de Lune, ce qui est peut-être un crime, et barbare, et inhumain. 
- Tenez, quesque je vous dites ! Vous les autres, vous n'voyez que c'que vous voulez bien voir. Les livres qu'vous dites que j'ai abîmé, c'est parce que j'arrivais pas à les lire, et des livres pas lus, ça sert à rien, et c'est vide, et c'est dangereux. J'ai fait ça parce que j'étais triste et en colère et puis maintenant j'peux vous dire que j'suis pas fier d'avoir fait ça mais parfois, ben le seul moyen qu'on a pour se faire voir, c'est d'agir comme ça, même si c'est pas bien, même si c'est pas c'qu'il fallait faire. Je savais pas c'qu'il fallait faire. Et le sang, c'est le mien. Tenez, regardez, quesque je vous dites.
En disant cela, il me montrait sa main ensanglantée, et le sang qu'il y avait dans le sable gris autour de lui.
- C'est une branche qui m'a attaquée, dit-il.
A ces mots, je souris. Seul un véritable Agalionnien mettrait sur le compte d'un élément complètement extérieur et innocent sa propre maladresse. Je compris aussi d'un seul coup toute sa solitude et toute sa détresse.
Je lui tendis la main.
--------


Nous vous remercions pour votre attention et votre participation a cet event !
Seulement, le CM et moi-même désirions vous soumettre un petit questionnaire totalement anonyme en réponse à cet event.
Il ne prend que 5min à faire et ça nous aide beaucoup !
Cliquez juste ici. Merci !

Bon voyage dans les contrées d'
Agalion et bisous.

Répondre

Vous devez être connecté pour poster.